geOnoma
1res Rencontres itinérantes en toponymie de terrain
Mont Rigi, 10-12 septembre 2014

ATTENTION — L’événement est annulé! — ATTENTION

Appel à communications (version pdf)

IMG_1873

Lieu

Pour leur première édition, les Rencontres se tiendront au Mont Rigi (Liège, Belgique) du mercredi 10 au vendredi 12 septembre 2014.

Le choix du lieu n’est pas anodin. Si ces premières Rencontres s’avèrent fructueuses, les suivantes, convoquées selon un rythme biennal, se transporteront en effet dans des environnements comparables, réunissant en une seule unité de lieu trois attributs de haute valeur :

  1. approche immédiate du terrain (le Mont Rigi, au cœur du massif ardennais, constitue une base de choix pour l’exploration et l’immersion toponymiques) ;
  2. situation de contact linguistique stimulante (le Mont Rigi, situé près de la frontière des domaines germanique et roman, occupe la marge d’une région de la Galloromania où se confrontent français et dialecte) ;
  3. proximité d’un centre de recherche universitaire fonctionnant comme base arrière logistique (l’équipe Linguistique du français et dialectologie wallonne de l’Université de Liège garantira le bon déroulement des Rencontres au Mont Rigi).

Orɡanisation

Le comité scientifique des Rencontres, placées sous la présidence conjointe des professeurs Marie-Guy Boutier (directrice de l’équipe Linguistique du français et dialectologie wallonne de l’Université de Liège) et Jean-Pierre Chambon (directeur du Centre d’enseignement et de recherche d’oc de l’Université de Paris-Sorbonne), comprend, outre les présidents : Esther Baiwir (FNRS, Université de Liège), Jérémie Delorme (CNRS, Université de Paris-Sorbonne), Xavier Gouvert (ATILF, CNRS & Université de Lorraine), Pascale Renders (FNRS, Université de Liège) et Martine Willems (Université Saint-Louis Bruxelles).

Objectifs

Les orɡanisateurs des Rencontres ont l’ambition d’offrir un lieu d’échanges scientifiquement féconds à des linguistes impliqués dans des recherches toponymiques intégrant les meilleures pratiques de la tradition et
(1) fondées sur des méthodes innovantes
et/ou (2) inspirées par des sujets d’enquête tranchant par leur originalité
et/ou (3) contribuant au progrès des théories sur les noms propres de lieu.

Les participants aux Rencontres, au travers de leurs communications et des discussions qui se noueront entre eux, établiront un état des lieux de la méthodologie, des champs d’étude et des théories auxquels s’arrime la science toponymique, et chercheront, au surplus, à créer les conditions d’une consolidation, ou d’une réorientation heureuse, voire même d’un renouvellement de ces trois topoï essentiels au progrès de notre discipline.

Thèmes priviléɡiés

L’expérience du terrain est une exigence : quels que soient les thèmes abordés par les participants, ceux-ci auront à cœur de ne traiter que de problématiques dont la formulation procède d’une pratique du terrain, à quelque niveau d’approfondissement qu’elle se situe. Seront donc par principe exclues du programme des Rencontres (1) les questions relevant d’approches exclusivement philologiques ; (2) les questions pseudo-linguistiques de toponymie littéraire et, plus largement, touchant à l’onomaturgie poético-artistique.

Ensuite, une attention prépondérante sera accordée aux questions de toponymie galloromane, sans préjudice toutefois de la liberté laissée au participants de traiter, selon leurs préférences, de sujets relatifs à la toponymie de domaines linguistiques connexes (toponymie dans d’autres langues romanes ; toponymie dans des langues non romanes parlées à la périphérie du domaine galloroman ou dans d’autres situations de contact avec les langues galloromanes).

Pour peu qu’elles souscrivent à ces deux impératifs, toutes les propositions de communication seront accueillies avec enthousiasme : qu’elles concernent aussi bien

  1. les formes (techniques mises en œuvre pour leur cueillette ; rapports de variation, notamment diamésique, qui les lient entre elles ; relations d’allonymie ; etc.),
  2. les référents (exploration des lieux sur le terrain et identification des lieux dénommés ; analyse classificatoire des lieux accessibles, ou non, à la référence toponymique ; mutation des référents ; relations d’isonymie ; etc.),
  3. les formations (analyse morphosémantique des constructions toponymiques ; examen de la frontière mouvante qui sépare descriptions définies et noms propres ; étude, socio-historique notamment, des facteurs motivant l’attribution de désignations spécifiques à des lieux spécifiques ; etc.),
  4. que, dans une perspective métatoponymique, les principes guidant l’étude des formes, des référents ou des formations.

Soumission des propositions de communication

Formulation : titre, suivi du nom de l’auteur, d’une indication de son rattachement institutionnel, d’un résumé de 300 mots environ, d’une bibliographie et d’une liste de mots-clés limités à cinq.

Échéancier (voir Dates) :
15 février 2014
dernier délai pour la soumission, via l’adresse geonoma@ulg.ac.be, des propositions de communication
15 mars 2014
notification d’acceptation aux auteurs (éventuellement moyennant modification)
15 juillet 2014
dernier délai pour la soumission des articles en vue de l’édition des actes des Rencontres

Contacts

Adresse générale des Rencontres : geonoma@ulg.ac.be